Art

Joan, Maid of Orleans – Jeanne d’Arc

215_joan_arcThere are many statues of Joan of Arc in various towns and villages in France but this is the one in the middle of Orleans. The last time I photographed it, there was a funfair. Perhaps you remember. I’ve copied the photo below.

Il y a beaucoup de statue de Jeanne d’Arc dans différents villages et villes en France mais celle-ci se trouve au centre d’Orléans. La dernière fois que je l’a photographie, il y avait une fête foraine. J’ai recopié la photo ci-dessous.

ldp_266_two_joans

Framed by the Loire – Dans le cadre de la Loire

BPF_Project_@_IMG_0025We rode past this frame along the Loire at Chaumont. Emmanuelle et Philippe are promoting cycling as an art of living through a project called BFP which is aimed at combining cycling and art.  We’re waiting to see what happens next! In the meantime, you can like their Facebook page.

Nous avons vu ce cadre sur la piste cyclable le long de la Loire à Chaumont. Emmanuelle et Philippe font la promotion du vélo comme un art de vivre à travers un projet appelé BFP qui vise à réunir le vélo et l’art. Nous attendons de voir la suite ! Entretemps vous pouvez “aimer” leur page Facebook.

Postcard #14 – Wooden Churches, Maramures, Romania

165_barsana_outsideToday we visited a large number of wooden churches in the Maramures region in the north of Romania, most of which were built in the 16th century entirely of wood, including the roof. They are often hidden among trees up above the village and surrounded by graves of various shapes and sizes. Inside are wall paintings. Famous artists travelled around the area so some of the paintings are of excellent qualities while others are more primitive. In the last photo, the paintings are excecuted on a linen background.

Aujourd’hui nous avons visité un grand nombre d’églises en bois dans la région de Maramures dans le nord de la Roumanie. La plupart de ces églises étaient construites au 16ième siècle, entièrement en bois, y compris le toit. Elles sont souvent cachées parmi des arbres dans les hauteurs du village et entourées de tombes de toute taille et type. A l’intérieur se trouvent des peintures murales. Des artistes célèbres se promenaient dans la région et certaines peintures sont d’excellente qualité tandis que d’autres sont plus primitves. Les peintures dans la dernière photo sont exécutées sur lin.

164_cemetery_barsana
166_inside_calinesti167_calinesti_inside168_budest_inside169_budesti_outside

171_desesti_inside

La Fondation du Doute

129_fondation_douteYou may remember my post about the cloud-lined steps recently. Today we went to see the artist’s exhibition “More than 100 skies” at La Fondation du Doute. The outside was interesting though I found it a little infantile. Inside the exhibition, which started with a passageway through some overhanging dead leaves and strangely distorting mirrors, the disappointment was even greater – the 100 skies are depicted in miniature paintings which certainly did not make me feel a part of the sky.

Vous vous rappelez peut-être de mon post récent sur l’escalier à nuages. Aujourd’hui nous sommes allés voir l’exhibition de l’artiste “Au-dela les 100 ciels” à la Fondation du Doute. L’extérieur était surprenant quoiqu’un peu enfantin. L’intérieur de l’exposition qui démarre par un passage à travers des feuilles mortes suspendues et des glaces étranges, la déception était encore plus grande : les 100 cieux se trouvent dans des tableaux miniatures qui n’ont pas du tout l’effet de me faire croire que je fais partie du ciel !

130_100_skies_bis

130_100_skies

Up in the clouds – Dans les nuages

200_up_in_clouds

We’ve been seeing the Denis Papin stairs in Blois from afar but thought they had been decorated to represent a waterfall. A closer look today shows it to be a cloudy sky! The collage, by Imprinova, is a hommage to Geoffrey Hendrinks, aged 86, nicknamed the Cloudsmith due to his watercolours designed to turn objects into sky in order to create a poetic image and give the illusion of walking on the sky. An exhibition of his paintings “More than 100 skies” will be held at the Fondation du Doute in Blois from 3 May to 5 November.

Cela fait quelques jours que nous apercevons l’escalier Denis Papin à Blois de loin. Nous pensions qu’on l’avait décoré en cascade mais vu de plus près aujourd’hui, on s’aperçoit que c’est plutôt un ciel nuageux. Ce collage réalisé par Imprinova rend hommage à l’artiste Geoffrey Hendricks, âgé de 86, surnommé le Forgeron du ciel, qui aime, grâce à des aquarelles, « transformer des objets en ciel afin de créer une image poétique ». L’illusion est ainsi donnée que l’«on marche sur le ciel ». L’exposition « More Than 100 skies (Au-delà de 100 ciels) » aura lieu à la Fondation du doute du 3 mai au 5 novembre.

Postcard from Vensac : Painted Pillars – Piliers peints

102_painted_pillarsWe are having a little weekend away in the Médoc area near Bordeaux. These painted pillars are in the Romanesque church of Saint Peter in Vensac below. The apse was built in the 12th century while the nave and polychrome decorations were added in the 17th century along with the spire.

Nous passons un petit week-end dans le Médoc. Ces piliers peints se trouvent dans l’église romane Saint-Pierre à Vensac, datée pour une part du XIIe siècle (abside) complétée aux XVIIe siècle par une nef ornée de décorations polychromes et d’une flèche.

103_venzac_church

Postcard from Cyprus – Byzantine Art

76_kykkos_4

Cyprus is known for its Byzantine art. The finest example is the Kykkos Monastery founded in the 11th century and an immportant reference in the Orthodox world. The loggias, balconies and corridors are covered in gold-leaf mosaics and frescoes.

Chypre est connu pour son art byzantin. Aujourd’hui nous avons visité le monastère de Kykkos fondé au 11ème siècle qui en est le plus bel exemple et la référence du monde orthodoxe. Les loggias, les balcons et les couloirs sont couverts de mosaïques dorées et de fresques.

76_kykkos_3 75_kykkos_2.;jpg 74_kykkos_1

The Zouave – Le zouave

44_zouaveAround 1870, Baron de Graëb had a wooden Bedouin made to commemorate the visit of Abd-el-Kader, a prison-of-war on his way to Amboise.

The Baron had the sculpture put up on the roof of an old windmill he owned just outside the village of La Chaussée-Saint-Victor, on the road to Paris, so that visitors from the capital would recognise the turn-off to his house. The silhouette soon became familiar to the locals.

It didn’t take long to deteriorate, however, and was replaced in 1892 by a Zouave made by Amédée Charron, a sculpter from nearby Saint-Denis-sur-Loire. In January 1941, after the bombings, the Zouave had to be taken down, because part of his head was gone.

In 1948, after acquiring a new head sculpted by Madame Berger-Thibault, the daughter of Adrien Thibault, a well-known ceramic artist living in La Chaussée-Saint-Victor, the Zouave was exhibited in front of her museum up until 1987. It was then taken down and kept in storage, very delapidated after spending so many years in the open.

In 1999, the local association of history and popular traditions restored it.

Since then, it has been on show in the foyer of the town hall in La Chaussée-Saint-Victor, which is now its official custodien.

Aux environs de 1870, le Baron de Graëb fit réaliser un bédouin en bois, souvenir du passage et peut-être de l’hébergement d’Abd-el-Kader, prisonnier de guerre en transfert à Amboise.

Il le fit ériger sur le toît d’un ancien moulin qui lui appartenait, situé à la sortie de La Chaussée-Saint-Victor en venant de Paris, sur la gauche de la route Nationale, dans le but d’indiquer à ses visiteurs parisiens, l’endroit où il fallait tourner pour aller chez lui : sa silhouette devint familière aux Chausséens.

Délabré, il fut remplacé en 1892 par un Zouave, réalisé par Amédée Charron, sculpteur originaire de Saint-Denis-sur-Loire. En janvier 1941, après les bombardements, le Zouave dût être descendu, ayant perdu une partie de sa tête.

En 1948, doté d’une nouvelle tête sculptée par Mme Berger-Thibault, fille d’Adrien Thibault, céramiste renommé habitant la commune, le Zouave resta exposé devant son musée jusqu’en 1987. Il fût démonté et mis à l’abri, vu son état de délabrement après bien des années d’exposition.

En 1999, l’Association histoire et traditions populaires de la Chaussée-Saint-Victor le restaura.

Depuis il est exposé dans le hall de la mairie de la Chaussée-Saint-Victor : il en est le gardien.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...